L'IST

Mot de bienvenue du Président Directeur Général

Le Covid 19 est apparu en décembre 2019 en Chine. Aujourd’hui la quasi-totalité des pays de la planète est touchée. Le Burkina a déclaré ses premiers cas le 9 mars 2020 à Ouagadougou. Depuis la pandémie s’étend dans les autres localités du pays et le nombre de cas testés positifs augmente. Nous saluons la mémoire des personnes décédées du fait de cette pandémie et souhaitons un prompt rétablissement aux malades. Nous saluons l’engagement des personnels de santé.

Pour lutter contre la propagation de la maladie, l’Etat a pris des mesures dont la fermeture des écoles du préscolaire à l’université. Initialement prévue pour le 1er avril 2020, la date de la réouverture des écoles est repoussée au 14 avril. Ces mesures seront adaptées au fur et à mesure en fonction de l’évolution de la pandémie dans le monde et dans notre pays. Nous apportons notre soutien aux efforts de l’Etat.

Nous avons décidé de prendre une initiative pour assurer la continuité de nos activités académiques à l’instar d’autres universités dans le monde ou d’autres pays comme le Rwanda. Il s’agit de continuer les activités pédagogiques en utilisant les technologies de l’information et de la communication.

L’Institut Supérieur de Technologies en bref L’IST est un établissement privé laïc d’enseignement supérieur technique et professionnel ayant pour mission de satisfaire les besoins de formation des jeunes, des adultes, des entreprises et des organisations du Burkina et de l’Afrique.

Après 20 ans d’existence l’IST est aujourd’hui l’un des plus grands instituts d’enseignement supérieur du Burkina en terme d’effectif des étudiants, de nombre de diplômes reconnus par le CAMES, de classement par le ministère en charge de l’enseignement supérieur.

L’IST compte plus de 2750 étudiants dans les domaines des sciences et technologies et des sciences de gestion, reparti sur les campus de Tanghin, de Tampouy, de Wayalghin, de Ouaga 2000, de Gounghin et le Campus en ligne appelé IST-eCampus.

L’IST a 16 ans d’expérience dans les Formation Ouverte A Distance (FOAD). Il a bénéficié de l’expertise de l’Université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso, de l’UDPH aux Etats Unis (Delaware), du CIESA au Canada, de LSMS du Royaume Uni et de l’accompagnement du CAMES qui a développé des référentiels pour les FOAD.

Grâce à une plateforme multifonctionnelle et interactive, nous pouvons rendre disponible les ressources pédagogiques (cours, éléments vidéos, documentations, exercices, évaluations, projets tutorés individuels1 ou en groupe…), organiser des séances synchrones de présentation, de questions réponses entre les étudiants et les enseignants.

A ce stade, nous retenons pour clore l’année universitaire des séances en présentiel, des travaux dirigés, des travaux pratiques et des évaluations sur table. Les dates de ces activités en présentiel seront fixées en fonction de l’évolution de la pandémie.

L’objectif est de sauver l’année académique 2019-2020 par l’utilisation des TIC.

Les principaux acteurs sont l’administration de l’IST, les enseignants, les étudiants, les parents, les autorités de tutelle, le CAMES, le Ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes, les opérateurs de téléphonie, les fournisseurs d’accès internet.

Nous reconnaissons qu’il y a un certain nombre de contraintes. La culture technologique des acteurs est quelques fois insuffisante. L’accès à internet est conditionné par la disponibilité de terminaux tels les ordinateurs, les tablettes, les smartphones…, la connectivité et les coûts d’achat des mégaoctets.

Des solutions sont à l’études au niveau des autorités nationales pour amoindrir ces contraintes qui peuvent mettre en péril nos chances de succès. Un forum sera ouvert pour permettre à tous les acteurs de s’exprimer et de contribuer à l’amélioration de la plateforme. Je vous invite à l’utiliser.

Le ministère de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’innovation et le ministère de l’éducation nationale et de la promotion des langues nationales encouragent et soutiennent cette initiative.

Le ministère du Développement de l’Economie Numérique et des Postes, les opérateurs de téléphonie mobile, les équipementiers des TIC peuvent accompagner l’accès au TIC.

Des synergies, que nous appelons de tous nos vœux, peuvent permettre d’accélérer la transition vers le numérique de notre système éducatif du préscolaire au supérieur.

Nous pensons déjà à l’après pandémie où la plateforme va continuer à accompagner désormais la formation en présentiel à l’IST. Elle va contribuer à développer l’employabilité de nos étudiants en augmentant leurs compétences et surtout leur autonomie de recherche et de production.

Nous demandons par conséquent au personnel administratif, aux étudiants et aux enseignants de soutenir cette initiative.

Ensemble sauvons l’année académique 2019-2020.


Le Président Directeur Général
Dr Issa COMPAORE
Officier de l’Ordre International

des Palmes Académiques du CAMES

 

Historique et Mission

Il est de plus en plus reconnu que le développement de l’Afrique passe par la qualification de ses ressources humaines. C’est dans ce sens que la formation professionnelle paraît particulièrement importante dans un environnement marqué par la mondialisation et la compétition. L’IST qui est un établissement d’Enseignement Supérieur Technique et Professionnel créé sous la forme d’une SARL de droit privé par cinq associés (trois ingénieurs et deux gestionnaires), agréé par l’Etat du Burkina Faso s’inscrit dans cette perspective.
Sa mission, offrir aux élèves, étudiants et travailleurs des formations de très haut niveau en cours du jour et en cours du soir.
Ouvert en octobre 2000 avec 64 étudiants et deux filières de BTS (Electronique et Maintenance Informatique et Finance Comptabilité),  l’IST compte pour l’année 2011-2012 plus de 500 étudiants. L’Institut a développé et mis en œuvre de nouvelles filières de formation. Grâce à des collaborations internationales, notamment avec le Cégep Régional de Lanaudière et le Centre International d’Etudes Supérieures Appliquées du Canada, plusieurs curricula dans divers métiers de l’informatique, de la maintenance biomédicale et de l’agroalimentaire ont été développés.


Organigramme et personnel

L’Institut est organisé selon les instances suivantes en accord avec son statut juridique de SARL et les cahiers des charges de l’enseignement supérieur privé au Burkina:

Le président directeur général

Le directeur général adjoint
Le directeur académique

Organigramme
Conseil d'Administration
Conseil Scientifique

Les instances de l'IST

Composition du Conseil Scientifique

Conformément au cahier des charges de l’enseignement supérieur privé du Burkina Faso, le Conseil Scientifique et Technique  comprend :Pr Jean Dieu ZABSONRE
Dr  Frédéric BATIONO
Dr Issa COMPAORÉ
Mamadi AOUBA
Sansan Jean François Régis KAMBOU
Abdoul Salam GANAME

Adama DOUAMBA
Adama Désiré ILBOUDO
Abdoul Karim BANDE
Patinde Jean Baptiste THIOMBIANO

Secrétaires académiques :

  • ZOMA W. Laurent, Secrétaire général de l’IST
  • Adama DOUAMBA, Adjoint au directeur académique de l’IST
  • THIONBIANO Patindé, chef de département Sciences et Technologies
  • ILBOUDO Adama Désiré, chef de département Sciences de Gestion

Au titre des universités partenaires

  • Le Directeur de l’IUT de Bobo-Dioulasso, Dr Bétaboalé NAON,
  • Le Directeur de l’ESI de Bobo-Dioulasso, Dr KABORE Mbi,
  • Le Directeur Général du CIESA, Pr BADY Badibanga,
  • Le Directeur du London Graduate School, Pr MARVIN
  • Le Laboratoire de Matériaux et Environnement, Pr ZOUGMORE François Maître de conférences, Université de Ouagadougou
  • Le responsable des licences professionnelles à l’IUT de périgueux, Bordeaux IV, Pr Benoît JAMET Maître de Conférences en gestion

Au titre des professionnels

  • Dr Albert OUEDRAOGO, Directeur du cabinet IPSO Conseils,
  • Jean François KAMBOU, Ingénieur d’Etat en Informatique, DGA SONAR Vie
  • M. Marcel KONKOBO, Ingénieur Biomédical, directeur de Faso IMB sarl,
  • Dr  BATIONO Frédéric, Directeur d’Exploitation de la Société des fruits et Légumes de Loumbila
  • Monsieur GUIEBRE Sylvestre, Ingénieur électromécanicien, Président de l’APMB
  • Pr Yves TRAORE, Directeur de PARTEC West Africa
  • M. FORO Didace Saturnin, Ingénieur biomédical, Air Liquide

Au titre des enseignants

  • Pr. Jean Pierre GEORGIN, Maître de conférences à l’Université de Paris XII ;
  • Dr Paul SARAMBE, Docteur en économie,
  • M. Issa COMPAORE, Ingénieur génie industriel, Directeur Général de l’IST
  • Dr Noel THIOMBIANO, Docteur en économie(PTCI)
  • Pr Ag Abel BAMOUNI, Ouaga I
  • Dr M. Joseph SOMDA, médecin